Un service au coeur de l'exécutif

Découvrir le SGDSN 04 novembre 2022

Dans un monde marqué par la multiplicité et l’imbrication des menaces, la France doit constamment adapter et renforcer ses dispositifs de protection de façon systématique.

Placé au cœur de l’exécutif, le SGDSN assiste le Premier ministre dans l’exercice de ses responsabilités en matière de défense et de sécurité nationale. Il appuie notamment la prise de décision politique en assurant le secrétariat des conseils de défense et de sécurité nationale, présidé le chef de l’Etat.

Le champ d’intervention du SGDSN couvre l’ensemble des questions stratégiques de défense et de sécurité, dans le domaine de la programmation militaire, de la politique de dissuasion, de la sécurité intérieure concourant à la sécurité nationale, de la sécurité économique et énergétique, de la lutte contre le terrorisme et de la planification des réponses aux crises.

Le SGDSN assure trois missions principales. La première porte sur la veille et l’alerte face aux menaces et aux risques. Dans ce cadre, il est chargé du suivi des crises, de la préparation des plans gouvernementaux et de l’organisation de l’État en temps de crise.
La deuxième mission consiste à conseiller et rédiger les décisions prises par l’exécutif en matière de défense et de sécurité nationale. Le SGDSN contribue ainsi à l’élaboration des projets de loi et des textes réglementaires dans ses domaines de compétences.

Troisième mission, le SGDSN agit comme opérateur, notamment dans la gestion des habilitations, des documents classifiés, des communications gouvernementales – au travers de l’opérateur des systèmes d’information interministériels classifiés (OSIIC) – ou encore de la sécurité des systèmes d’information et la cyberdéfense. Rattachée au SGDSN, c’est l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) qui assure cette dernière mission. Enfin, VIGINUM, le service de vigilance et de protection contre les ingérences numériques étrangères, créé en 2021, est le service technique et opérationnel de l’Etat chargé de la vigilance et de la protection contre les ingérences numériques étrangères.

Par ailleurs, le SGDSN soutient administrativement le GIC et exerce la tutelle du Premier ministre sur l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN).

 

Situé au point de convergence de l’ensemble des dossiers intéressant la sécurité intérieure et extérieure de la France, le SGDSN est, à la fois, une administration de mission et un opérateur de sécurité

Organigramme SGDSN
Organigramme SGDSN

Organigramme SGDSN

Le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale est appuyé par le secrétaire général adjoint dans l’exercice de ses fonctions. Ils bénéficient du soutien du cabinet, dont les conseillers leur apportent une expertise de proximité.

Le SGDSN se composent de trois directions :

  • La direction protection et sécurité de l’Etat, divisée en trois sous-directions :
    • Planification de sécurité nationale
    • Protection du secret de la défense
    • Développement des technologies de sécurité
  • La direction affaires internationales stratégiques et technologiques, divisée en trois sous-directions :
    • Affaires internationales
    • Non-prolifération, sciences et technologies
    • Exportation de matériels de guerre
  • Le service de l’administration générale, composé du détachement de sécurité et de deux sous-directions :
    • Administration générale et finances
    • Ressources humaines

A côté des directions historiques, trois services à compétence nationale ont également vu le jour :

  • L’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information, composée de quatre sous-directions :
    • Administration
    • Expertise
    • Opérations
    • Stratégie
  • L’Opérateur des systèmes d’information interministériels classifiés, composé de deux pôles et trois divisions :
    • Pôle soutien
    • Pôle gouvernance
    • Division ingénierie et innovation numérique
    • Division exploitation
    • Division opérations
  • Le Service de vigilance et de protection contre les ingérences numérique étrangère, qui se compose de la division opérations et de deux pôles :
    • Pôle coordination – stratégie
    • Pôle soutien

Par ailleurs, le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale assure la tutelle de l’Institut des hautes études de défense nationale et la gestion administrative et budgétaire du Groupement interministériel de contrôle.