Anticiper les risques et les menaces

Suivre les événements susceptibles d’évoluer en crises

Le SGDSN assure une capacité de veille et d’alerte, sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, au profit des hautes autorités de l’Etat sur les informations couvrant tout le champ de la défense et de la sécurité nationale en France et à l’étranger.

Il dispose pour cela d’un bureau de veille et d’alerte (BVA) qui s’appuie sur le réseau des centres opérationnels des ministères, avec lesquels il est en contact H24 pour le traitement des alertes à caractère de défense et de sécurité nationale, et les sources ouvertes (Internet, abonnements agence de presse, différents médias, …).

Assurer l’alerte des hautes autorités de l’Etat

Le SGDSN assure au profit des plus hautes autorités de l’Etat une mission de veille et d’alerte visant à informer rapidement d’un événement ou d’une information qui, relevant de la défense et de la sécurité nationale, peut nécessiter une décision ou des mesures de portée interministérielle, en particulier l’activation d’un plan gouvernemental et/ou de la cellule interministérielle de crise (CIC).

BVALe bureau de veille et d’alerte (BVA) met en œuvre, à ce titre, une chaîne d’alerte opérationnelle au sein des ministères. Il diffuse également des informations méritant d’être signalées en temps réel aux hautes autorités (présidence de la République, cabinet du Premier ministre et cabinets ministériels).

Analyser les risques et les menaces

La stratégie de sécurité nationale a pour objectif de faire face à l’ensemble des risques et des menaces susceptibles d’avoir un impact majeur pour notre pays.

On distingue :

  • les risques d’origine :
    • naturelle : inondation, séisme, cyclone, canicule, grand froid, etc.
    • technologique : accident nucléaire, rupture de barrage, pollution marine, etc.
    • sanitaire : pandémie, épizootie.
  • les menaces intentionnelles :
    • agressions armées d’origine étatique ;
    • atteintes graves à l’ordre public ;
    • terrorisme dans un contexte de radicalisation violente ;
    • atteintes aux ressortissants et intérêts français à l’étranger ;
    • cyber attaques ;
    • piraterie maritime ;
    • compromission du secret : divulgation d’informations couvertes par le secret de la défense nationale.

Toutefois, le paysage des risques et des menaces n’est pas immuable tant il est lié aux évolutions des sociétés, des technologies ou de la situation géopolitique. Ainsi, les politiques de protection reposent sur une analyse qui vise, pour chaque risque ou menace préalablement identifié, à en évaluer l’occurrence et l’impact, afin de définir des priorités d’action (usage malveillant de drones, changement climatique, émissions électromagnétique dues aux activités solaires, …).

Pour en savoir plus :

Evaluer les besoins capacitaires, leurs évolutions et les opportunités technologiques

Qu’est-ce qu’une capacité ?

C’est un ensemble cohérent de ressources (ressources humaines, moyens techniques, organisation, concept d’emploi, cadre juridique) permettant d’atteindre un objectif de sécurité.

Le dispositif national de veille sanitaire, le système d’alerte et d’information de la population, les centres de gestion de crise, la mobilisation des moyens privés de transports terrestres sont des exemples de capacités nécessaires à la gestion des crises majeures.

Depuis 2015, le contrat général interministériel (CGI), signé par le Premier ministre et par les ministres disposant des principales ressources civiles pour la réponse aux crises, identifie les capacités critiques qu’il convient de maintenir au moyen d’un engagement budgétaire sur la période 2015-2019.

Le CGI national est progressivement complété, dans chaque zone de défense et de sécurité et dans chaque département, par les contrats territoriaux de réponse aux risques et aux effets potentiels des menaces (CoTRRiM).

L’analyse capacitaire permet d’identifier les besoins nouveaux dans les domaines

  • de la protection, de l’intervention et des secours ;
  • des systèmes d’information sécurisés ;
  • des technologies de sécurité.

La veille technologique, couplée à l’analyse capacitaire, permet d’identifier de futurs moyens de répondre aux menaces et d’évaluer les vulnérabilités.