Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale

Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale
Accueil > Protéger et anticiper > Les plans gouvernementaux > Plans d’intervention "Pirate"
Agrandir la police Diminuer la police Imprimer

Plans d’intervention "Pirate"

Le plan Vigipirate est complété par la famille des plans d’intervention « Pirate », adaptés chacun à un type de risque particulier. Ces plans gouvernementaux peuvent être déclenchés par le Premier ministre en cas de menace précise ou d’attaque terroriste utilisant un moyen d’agression spécifique ou se déroulant dans un milieu particulier. Ils définissent une structure de gestion de crise et de traitement des informations, ainsi que les actions que doivent entreprendre les autorités civiles et militaires.

Les plans d’intervention de la famille PIRATE sont classés en deux familles :

- en cas d’attaque terroriste utilisant un moyen d’agression spécifique

• Piratox pour la lutte contre le terrorisme utilisant des produits chimiques toxiques militaires ou industriels ;

• Biotox pour la lutte contre le terrorisme utilisant des agents infectieux, virus, bactéries..., contagieux ou non, ainsi que des toxines comme la toxine botulique ;

• Piratome pour la lutte contre le terrorisme nucléaire (notamment les armes nucléaires improvisées) ou radiologique (« bombe sale » dispersant des agents radioactifs).

Ces trois plans ont été fusionnés en un seul plan PIRATE NRBC au printemps 2010.

• Piranet pour une attaque sur les systèmes d’information.

- en cas d’attaque terroriste se déroulant dans un "milieu" particulier

• Piratair-Intrusair contre le terrorisme aérien (détournement, prise d’otages et utilisation d’aéronef comme vecteur ou arme par destination) ;

Ce plan a été mis en œuvre lors du détournement de l’Airbus d’Air France en décembre 1994 entre Alger et Marignane.

• Pirate-Mer contre le terrorisme et la piraterie maritime, et plus généralement contre tout acte de malveillance en mer pouvant être associé à une prise d’otages ;

Ce plan a été mis en œuvre pour venir en aide au navire de croisière français pris en otage au large de la Somalie en avril 2008.

• Pirate-Ext en cas de menace ou d’attaque contre des ressortissants ou des intérêts français hors du territoire national ;

• Metropirate en cas d’attaque dans les transports collectifs ferrés souterrains.

Pour approfondir

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE | SGDSN © 2016 | Informations éditeur | RSS | Contact | Aide et accessibilité | Plan