Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale

Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale
Accueil > Actualités > Articles et interventions du secrétaire général > Un élan pour l’industrie au service de la sécurité
Agrandir la police Diminuer la police Imprimer

Un élan pour l’industrie au service de la sécurité

19 octobre 2016

Face à une menace multiple et sans doute aussi durable, au-delà d’une remarquable base industrielle et technologique de défense, il est indispensable pour notre pays de disposer d’une industrie de sécurité compétitive, autonome et dont l’action promeuve des technologies ou des concepts d’avenir et fédérateurs, comme par exemple les « villes intelligentes"·

D’ores et déjà, beaucoup a été fait, tant en termes de réalisations technologiques qu’en termes de structuration d’une filière de l’industrie de sécurité, distincte de l’industrie de défense. Ces résultats déjà acquis doivent être non seulement consolidés, mais également complétés par la mise en oeuvre d’initiatives nouvelles.

Il convient à cet égard de se féliciter de l’appel à projet des " Projets industriels d’avenir , (PIAVE) du deuxième programme d’investissement d’avenir (PIA-2) qui permettra la mise en place de cinq nouveaux démonstrateurs sur des sujets clefs pour la protection de notre pays.

En liaison avec le plan d’action contre la radicalisation et le terrorisme (PART), deux d’entre eux seront consacrés à l’élaboration de plateformes d’évaluation technique et opérationnelle des nouvelles technologies dans les domaines de la protection des lieux publics, des gares et des aéroports d’une part, et du renforcement de la protection des sites sensibles, à l’instar des sites " Seveso", d’autre part. Les autres démonstrateurs porteront sur l’identité numérique, la sécurité des futures villes intelligentes et la cybersécurité des systèmes industriels. L’appel à projet pour ces démonstrateurs sera lancé dans les prochaines semaines. A son issue, les propositions retenues devront faire l’objet d’un suivi attentif et d’une valorisation au plan national, mais aussi international, comme vitrine technologique de notre savoir-faire.

Au-delà de cette première action au sein du PIA-2, le comité de la filière industrielle de sécurité (CoFIS) a par ailleurs obtenu que la filière des industries de sécurité occupe une place particulière dans le futur troisième programme d’investissement d’avenir (PIA-3).

Il s’agit d’une décision remarquable. Pour la première fois, en effet, la sécurité a été reconnue comme un thème à part entière au sein de ce nouveau programme d’investissement d’un volume approximatif de dix milliards d’euros.

Cette évolution importante permettra de nombreuses avancées. On peut d’ores et déjà affirmer qu’elle contribuera à consolider la filière industrielle de la sécurité et qu’elle en confortera les acteurs. Elle permettra de démontrer le potentiel technologique national et constituera ainsi une référence pour les marchés étrangers. Elle entraînera un développement de la recherche et jouera donc un rôle de préparation de l’avenir. A cet égard, il convient de saluer la prochaine création d’un institut de recherche technologique consacré au domaine de la sécurité. Enfin, cette décision aura d’importantes retombées pour les entreprises du domaine présentes sur l’ensemble du territoire national et pas seulement à proximité de Paris.

Afin de tirer le meilleur parti de cet effort très supérieur à ceux consentis antérieurement, il convient de réfléchir à la-meilleure manière de structurer plus avant la filière des industries de sécurité, afin de dépasser le stade des initiatives ponctuelles.

Une solution envisageable serait de confier à un acteur interministériel le soin d’encadrer, à partir d’une feuille de route technologique ambitieuse, le développement d’offres qui répondent aux besoins des opérateurs, qu’elles émanent des grands groupes, des entreprises de taille intermédiaire ou des PME.

Les succès récents enregistrés dans le domaine du contrôle de l’utilisation des drones de loisir plaident en ce sens. Sur cette question nouvelle soulevée par des survols de zones interdites, un travail interministériel efficace a été mené sous l’impulsion du SGDSN. Il a permis d’importantes avancées législatives, réglementaires et technologiques. Dans le domaine technologique, il faut rappeler les efforts consentis afin de développer des démonstrateurs en matière d’interception et de brouillage.

Une approche similaire pourrait être promue dans le domaine des industries de sécurité afin de tirer pleinement profit des apports du PIA-3.

Beaucoup a déjà été fait. Beaucoup reste à faire. Pour y parvenir, la participation de tous, acteurs publics et privés, nationaux et régionaux, grands groupes et PME, membres historiques de la filière des industries de sécurité ou nouveaux-venus, est indispensable. Elle seule nous permettra de développer ensemble les solutions techniques indispensables à la sécurité de nos concitoyens.


RÉPUBLIQUE FRANÇAISE | SGDSN © 2017 | Informations éditeur | RSS | Contact | Aide et accessibilité | Plan