1/09/2015

Article du Secrétaire général

Plaidoyer pour la défense de l’esprit de défense

Dans la revue Défense n°175, de juillet-août 2015. Article de M. Louis Gautier

« L’esprit de défense », comme l’expression de « lien armée Nation », est un mot talisman, symboliquement et politiquement chargé de sens, aux grands contours, mais de contenu imprécis et surtout beaucoup moins incarné depuis la fin du service national.

Aussi faut-il saluer l’ouvrage publié par l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) qui est consacré à cette question. Il essaye d’en actualiser la portée. Il la réinterprète au vu des défis actuels de sécurité.

Ce livre est aussi un plaidoyer, une sorte de Défense de l’esprit de défense, appelant à une plus grande conscience des menaces et des dangers qui, directement, visent notre pays, ciblent ses ressortissants, cherchent à fragiliser ses dispositifs de protection et qui, indirectement, mettent à l’épreuve notre démocratie, sapent la cohésion de notre société et l’unité nationale. Alors qu’en janvier 2015, des attentats ont visé le cœur même des valeurs de la République, suscitant une réponse nationale et internationale d’une ampleur sans pareil, il importe plus que jamais que les Français restent unis et déterminés pour s’opposer à ceux qui sèment la haine, la violence, la discorde et tenteraient de nous intimider.

En ces années où l’on commémore deux guerres mondiales et, par deux fois, l’invasion de la France, on mesure aussi historiquement ce qu’il a fallu de courage, d’endurance et d’abnégation pour que notre pays retrouve, sur son sol, en 1918 et en 1945, le plein exercice de sa souveraineté. Les causes qui dans les premières heures de ces conflits conduisirent à ce que nos lignes de défense soient rapidement enfoncées en 1914 et même irrémédiablement submergées en 1940 sont connues : le manque d’anticipation, l’inadéquation des capacités militaires enfin l’impréparation de la population à la réalité des périls auxquels elle allait se trouver confrontée.

C’est pour éviter de se trouver pris à découvert ou à contre-pied que le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale et la loi de programmation militaire fixent désormais, en les actualisant régulièrement, les missions et les moyens de nos armées.

Bien sûr les temps ont changé. Depuis plus d’un demi-siècle, notre pays vit en paix. A la fin de la guerre froide, fait insolite de notre histoire, le territoire de la France ne se retrouve plus directement exposé à l’envahisseur. On ne craint pas un ennemi massé à nos frontières, prêt à se saisir de nos villes, de nos usines, de nos richesses naturelles et à nous asservir.

La menace est globale, plus diffuse et diverses. Elle a pour noms : terrorisme, cyberattaques, déstabilisation économique, trafics d’armes et de drogues, drogues, atteintes à notre potentiel scientifique et technique. Militairement, notre pays doit faire face à des systèmes d’armes qui s’affranchissent de plus en plus des limitations de la distance et du temps. Aux trois milieux traditionnels de notre défense-terre, mer, air-s’ajoutent désormais de nouvelles dimensions. L’espace et le cyberespace démultiplient le champ des confrontations. Paris ne craint plus d’être à portée de canon mais, en moins de trente minutes, un missile tiré à plusieurs milliers de kilomètres peut atteindre notre sol. Un virus informatique peut causer des dégâts majeurs dans nos réseaux très largement interconnectés et dépendants.

Ce qui change dès lors c’est l’état de la menace et par conséquent les parades à trouver. Ce qui ne change pas, en revanche, c’est l’obligation d’être vigilant face aux évolutions des dangers. Ce qui ne change pas non plus, c’est la nécessité d’être intellectuellement armés pour les contrer. C’était l’ambition en 1936 de l’amiral Castex et de ceux qui fondèrent le Collège des hautes études de défense nationale dont est issu I’IHEDN, pour,, créer entre ses auditeurs une unité de sentiment, de pensée et de doctrine qui soit le meilleur gage de l’unité d’action pour préparer en temps de paix et assurer en temps de guerre la défense du pays ». Hélas trop tard pour empêcher une défaite dont Marc Bloch a bien souligné les origines intellectuelles.

L’IHEDN est aujourd’hui un des rares lieux où réfléchissent ensemble sur des problématiques de défense les membres de la société civile, de l’administration, des armées et de l’industrie. Son rôle est important et utile que ce soit au travers des sessions internationales, nationales et régionales ou par le biais d’initiatives comme le livre « EspritS de défense », qui vise à placer la préoccupation de défense dans tous les esprits.

“La force de la cité n’est pas dans ses vaisseaux, ni dans ses remparts, mais dans le caractère de ses citoyens”
Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse